goût

2. LE CORPS VIVANT, 2.2.5. goût

goût
«(…) 1. Celui des cinq sens par lequel on perçoit les saveurs. 2. Saveur d’un aliment. Un goût sucré, poivré. 3. Attirance pour un aliment; préférence. Avoir le goût des gâteaux. ◊ Fam. Faire passer le goût du pain à qqn, le tuer; lui faire perdre l’envie de recommencer. 4. Discernement, sentiment de ce qui est bon, beau, etc.; sens intuitif des valeurs esthétiques. Homme de goût. 5. Penchant particulier; prédilection, préférence. Avoir du goût pour la peinture. ◊ Fam. Dans ce goût là: de cette sorte. – Dans le goût de: dans le style de.
ENCYCL. Le goût a pour siège les papilles gustatives, petites saillies dessinant une ligne en forme de V dans la région postérieure de la langue. Elles referment les bourgeons du goût, organes microscopiques contenant les cellules sensorielles. Celles-ci, sensibles à différentes substances chimiques, transmettent leurs informations à des neurones qui aboutissent à l’encéphale.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 484. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

 

Les 5 sens: vue, ouïe, odorat, toucher, goût.

Les saveurs fondamentales: le salé, le sucré, l’acide, l’amer.

Les textures.

Manger et boire.

 

acide
«(…) 1. Qui a une saveur aigre, piquante. Boisson trop acide. 2. Fig. Désagréable, blessant. Paroles acides. 3. CHIM. Qui a les propriétés d’un acide. – PEDOL. Sol acide, dont le pH est inférieur à 6.5. 4. PETROL. Roche acide: roche magmatique contenant plus de 65% de silice. (La rhyolite est une roche acide.) 5. ECOL. Se dit de précipitations (pluies, brouillards, etc.) polluées par les fumées industrielles et contenant de l’acide sulfurique et de l’acide nitrique, très nuisibles à la végétation, en partic. aux forêts.
(…) 1. CHIM. Nom générique des corps capables de donner des protons, notamm. ceux dont la solution dans l’eau fournit des ions H3O+, et qui agissent sur les bases et les métaux en formant des sels. 2. Fam. LSD.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 35-36. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

âcre
«(…) Irritant au goût, à l’odorat; piquant. L’odeur âcre de la fumée.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 37. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

aigre
«(…) Qui a une acidité désagréable au goût; piquant. Des fruits aigres. (…)»
«(…) 1. Goût, odeur aigre. (…)»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 48. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

aigre-doux, -douce
«(…) 1. D’un goût à la fois acide et sucré. Cornichons aigres-doux. 2. Fig. Désagréable ou blessant, en dépit d’une apparente douceur. Réflexions aigres-douces, propos aigres-doux.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 48. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

aliment
«(…) 1. Ce qui sert de nourriture à un être vivant. Digestion des aliments. Les aliments du bétail. 2. Fig. Se qui sert à entretenir, à fortifier qqch. Une lecture substantielle est un aliment pour l’esprit.
(…) DR. Ce qui est nécessaire à l’entretient d’une personne (logement, nourriture, etc.)»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 53. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

amer, ère
«(…) 1. Qui a une saveur aigre, rude, parfois désagréable. Le café est amer. 2.a. Qui blesse par sa cruauté. Reproches amers. b. Litt. Qui manifeste ou cause de la tristesse, de l’amertume. Souvenirs amers.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 59. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

appéritif, ive
«(…) Litt. Qui ouvre, stimule l’appétit. Promenade apéritive.
(…) 1. Boisson alcoolisée servie généralement avant les repas. 2. Réception, cocktail où sont servis des boissons, alcoolisées ou non, des mets; etc.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 74. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

ardent, e
Voir la définition dans: le corps vivant > microclimat.

arôme
«(…) Émanation qui s’exhale de certaines substances végétales ou animales; odeur, parfum, goût. L’arôme du chocolat.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 84. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

assaisonnement
«(…) 1. Mélange d’ingrédients (sel, épices, aromates, vinaigre, huile, etc.) utilisé en faible proportion pour relever le goût d’un mets. 2. Action d’assaisonner.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 91. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

boisson
«(…) 1. Liquide que l’on boit. 2. Liquide alcoolisé destiné à la consommation. Impôt sur les boissons. ◊ Etre pris de boisson: être ivre. 3. La boisson: l’alcoolisme. Santé ruinée par la boisson.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 142. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

bouche
Voir la définition dans: le corps vivant > anatomie.

brûlant, e
Voir la définition dans: le corps vivant > microclimat.

céréale
«(…) Plante cultivée, génér. de la famille des graminées, dont les grains, surtout réduits en farine, servent à la nourriture de l’homme et des animaux domestiques, et qui peut aussi être récoltée avant maturation des grains pour servir de fourrage.
(…) Préparation alimentaire à base de blé, de maïs, d’avoine, etc., que l’on consomme génér. avec du lait et du sucre.
ENCYCL. Les céréales (blé, seigle, avoine, orge, riz, maïs, etc.) sont cultivées depuis les origines de l’agriculture. Leurs grains entiers (riz) ou après mouture (blé, maïs, millet) constituent l’une des bases alimentaires essentielles de l’humanité. Les céréales ont une grande importance économique dans l’alimentation humaine – grâce aux très nombreux produits que l’on tire principalement du blé (pain, pâtes alimentaire, pâtisseries, biscuits) -, dans l’alimentation animale – surtout pour la production des volailles et des porcs (blé, avoine, orge, maïs, sorgho) -, et, enfin, dans l’industrie (bière, alcool, amidon).»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 192. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

chaud, e
Voir la définition dans: le corps vivant > microclimat.

collant, e
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

condiment
«(…) Substance ou préparation ajoutée aux aliments crus ou cuits pour en relever la saveur.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 246. ISBN: 2-03-301-298-0.
«(…) Substance de saveur forte ajoutée aux aliments pour en relever le goût. (…)
→ achards, ail, aromate, beurre, échalote, épice, essence, glutamate, marinade, mayonnaise, moutarde, pistou, sauce, sel, sucre.»
Duide informatique. Antidote dictionnaire. Montréal, Québec. http://www.druide.com
(→ bibliographie)

consistant, e
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

cotonneux, se
«(…) 3. Se dit d’un fruit dont la pulpe est fade, spongieuse. Poire cotonneuse.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 285. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

croquant, e
«(…) Qui croque sous la dent. Salade croquante.
(…) Partie croquante.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 284. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

croustillant, e
«(…) 1. Qui craque sous la dent. 2. Fig. Qui suscite l’intérêt par son caractère grivois et amusant. Des détails croustillants.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 267. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

cuisine
«(…) 1. Pièce d’un logement, d’un restaurant, etc., où l’on prépare les repas. Une cuisine spacieuse. ◊ Cuisine américaine: cuisine ouverte, qui n’est pas séparée de la salle à manger par un mur. 2. Action, art de préparer et présenter les aliments. Aimer faire la cuisine. 3. Mets, plats préparés, servis. Préférer la cuisine locale. Cuisine légère, épicée. 4. Fam., péjor. Manœuvre, intrigue. Cuisine électorale.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 288. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

dégustation
«(…) Action de déguster.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 311. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

délectation
«(…) Sout. Plaisir que l’on savoure pleinement.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 311. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

dessert
«(…) Mets sucré, pâtisserie, fruits, servis à la fin du repas. – Moment du repas où on les mange.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 326. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

douceur
«(…) 1. Qualité de ce qui est doux au goût, agréable aux autres sens. La douceur d’un fruit, d’un parfum. 2. Caractère de ce qui n’est pas extrême, excessif, brusque ou discontinu. La douceur d’un climat, d’une pente, d’un démarrage. ◊ En douceur: sans brutalité, doucement. 3. Comportement doux, affectueux. Douceur de caractère. Traiter qqn avec douceur.
(…) 1. Friandises. 2. Paroles douces, gentilles. Dire des douceurs à qqn.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 347. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

doux, douce
«(…) 1. Agréable au goût, sucré. Pomme douce. ◊ Eau douce, naturellement dépourvue de sel (cours d’eau, lacs, sources). – Marin d’eau douce, qui n’a navigué que sur des fleuves ou des rivières; péjor., marin peu aguerri, peu expérimenté. 2. Qui flatte un sens par une impression délicate. Voix, lumière, laine douce.3. Qui procure une sensation agréable, un sentiment de bien-être. De doux souvenirs. 4. Qui ne présente aucun caractère excessif. Hiver doux. Pente douce. ◊ Energies, technologies douces, qui respectent l’environnement, sont peu polluantes et préservent les ressources naturelles (énergies éolienne, solaire, géothermique, etc.). – Médecine douce: méthode thérapeutique qui utilise des moyens tenus pour naturels et censés ne pas avoir d’effets néfastes. SYN.: médecine parallèle. 5. Qui manifeste de la douceur, de la bonté, de la gentillesse. Il est doux comme un agneau. Un doux sourire. 6. Fam. En douce: sans se faire remarquer, en cachette. Filer en douce. Faire qqch en douce.
(…) Filer doux: obéir sans résistance. – Fam. Tout doux: doucement.
(…) Ce qui est doux.
(…) Personne douce.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 348. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

dur, e
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

élastique
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

épais, aisse
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

épicé, e
«(…) 1. Dont le goût est relevé par des épices. Un plat très épicé. 2. Fig. Qui contient des traits égrillards; grivois. Un récit épicé.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 390. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

exquis, e
Voir la définition dans: le corps vivant > à corps perdu.

fade
«(…) 1. Qui manque de saveur. Sa cuisine est très fade. (…) 4. Fig. Sans caractère, sans intérêt. Une beauté fade. Un article vraiment fade.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 418. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

faim
«(…) 1. Sensation éprouvée lorqu’on a besoin de manger. Avoir faim. ◊ Faim de loup, très vive. – Rester sur sa faim: manger peu ou pas du tout; fig., être insatisfait, frustré dans son attente. 2. Avoir faim de, un désir ardent de, un vif besoin de. Avoir faim de richesses. 3. Situation de disette, de famine dans un pays, une région, etc. La faim dans le monde.»
Le petit Larousse (grand format). Paris: Larousse, 1998. p. 419. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

flaveur
«(…) Ensemble des sensations (odeur, goût, etc.) ressenties lors de la dégustation d’un aliment.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 436. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

fondant, e
«(…) 1. Qui fond. Neige fondante. 2.a. Qui est très mûr et fond dans la bouche. Poire fondante. b. Se dit d’une viande très tendre.
(…) 1. Pâte glacée à base de sucre cuit; bonbon fourré avec cette pâte. 2. Gâteau au chocolat de consistance fondante. 3. TECHN. Substance qui facilite la fusion d’un autre matériau.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 441. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

frais, fraîche
Voir la définition dans: le corps vivant > microclimat.

froid, e
Voir la définition dans: le corps vivant > microclimat.

fruit
«(…) 1. Organe contenant les graines et provenant généralement uniquement de l’ovaire de la fleur. (On distingue les fruits secs, dépourvus de pulpe [gousse, capsule, akène], et les fruits charnus, souvent comestibles [drupe, baie].) 2. Cet organe en tant que produit comestible de certains végétaux, de saveur génér. sucrée et consommé souvent comme dessert. ◊ Fruit confit: fruit cuit légèrement dans un sirop de sucre, puis séché lentement. – Fruits rafraîchis: salade de fruits frais au sucre et arrosés d’alcool. – Fruit défendu: plaisir interdit, et d’autant plus désirable, par allusion à Adam et Ève. – Litt. Fruit vert: très jeune fille. – Fruit sec: personne qui a déçu toutes les espérances que l’on fondait sur elle; raté. 3. Fig. Résultat bénéfique, profit, avantage tiré de qqch. Retirer les fruits de son travail.
(…) 1. Litt. Produits, récoltes. Les fruits de la Terre. 2. DR. Produits réguliers et périodiques que les choses donnent d’après leur destination et sans perdre leur substance, soit naturellement (fruits naturels), soit par le travail de l’homme (fruits industriels), soit en donnant lieu à un profit pécuniaire (fruits civils). ◊ Fruits pendants par les branches: fruits des arbres, non encore récoltés. – Fruits pendants par les racines: récoltes encore sur pied. 3. Fruits de mer: crustacés et coquillages comestibles.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 455. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

gastronomie
«(…) Connaissance de tout ce qui se rapporte à la cuisine, à l’ordonnancement des repas, à l’art de déguster et d’apprécier les mets.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 467. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

glacé, e
Voir la définition dans: le corps vivant > microclimat.

gluant, e
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

goûteux, se
«(…) Qui a du goût, de la saveur.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 484. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

gras, grasse
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

insipide
Voir la définition dans: le corps vivant > absence.

lait
«(…) 1. Liquide, génér. blanc, secrété par les glandes mammaires de la femme et des femelles des mammifères, aliment très riche en graisses émulsionnées, en protides, en lactose, en vitamines, en sels minéraux et qui assure la nutrition des jeunes au début de leur vie. ◊ Lait en poudre: lait déshydraté, écrémé ou non, sucré ou non, pouvant être reconstitué par adjonction d’eau. – Lait UHTUHT. 2. Lait de poule: jaune d’œuf battu dans du lait chaud avec du sucre. – Au lait: additionné de lait. Café au lait. – Frères, sœurs de lait: enfants nourris du lait de la même femme. – Fam. Boire du lait, du petit-lait: éprouver une vive satisfaction. 3. Liquide qui ressemble au lait. Lait d’amande, de coco, de chaux. 4. Préparation plus ou moins fluide, souvent parfumée, pour les soins de la peau ou le démaquillage. Lait de toilette.»
les dérivés du lait «Laits liquides: entiers crus; entiers (pasteurisés, stérilisés, stérilisés UHT), demi-écrémés (pasteurisés, stérilisés, stérilisés UHT), écrémés (pasteurisés, stérilisés, stérilisés UHT). – Laits concentrés: sucrés, non sucrés. – Laits en poudre. – Laits fermentés: traditionnels (koumys), yaourts (nature, maigres, aromatisés, aux fruits, liquides). – Crèmes: fraîches, liquides stérilisées UHT, chantilly. – Beurres: sans sel, salés, allégés (pâtes à tartiner). – Desserts lactés: laits aromatisés, liégeois, flans, mousses, crèmes dessert, crèmes glacées. – Fromage au lait de vache seul: frais (petit-suisse), à pâte molle et moisissures externes (camembert), à pâte molle et croûte lavée (livarot), fermentés à pâte persillée (bleus), fermentés non cuits pressés (cantal), fermentés cuits pressés (comté). – Fromage au lait de chèvre seul: à pâte molle et croûte fleurie (chabichou). – Fromage au lait de brebis seul: à pâte persillé (roquefort). – Fromages de laits mélangés (laits de vache avec du lait de chèvre ou de brebis). – Fromages fondus: crème de gruyère, pâtes à tartiner. – Produits protéiniques: caséine, concentrés de protéines, peptides. – Sous-produits industriels: laits reconstitués (alimentation animale), poudre de lactosérum.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 581-582. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

langue
Voir la définition dans: le corps vivant > anatomie.

légume
«(…) 1. Plante potagère dont on consomme, selon les espèces, les graines, les feuilles, les tiges, les fruits ou les racines. ◊ Légume vert: légume consommé frais peu après la cueillette ou après conservation (appertisation, congélation). – Légume sec: graine des légumineuses (haricot, pois, fève, etc.) arrivé à maturité. 2. BOT. Gousse. 3. Fam. Personne réduite à une existence végétative.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 590. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

liquide
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

lisse
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

mets
«(…) Tout élément apprêté qui entre dans la composition d’un repas.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 650. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

mise en bouche

moelleux, se
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

nourriture
«(…) 1. Action de nourrir un être vivant. Assurer la nourriture du bétail. 2. Toute substance qui sert à l’alimentation des êtres vivants. Oiseau qui cherche sa nourriture. Une nourriture saine. 3. Litt. Ce qui nourrit le cœur, l’esprit. Les nourritures intellectuelles.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 702. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

nutrition
Voir la définition dans: le corps vivant > anatomie.

onctueux, se
«(…) 2. D’une consistance moelleuse et douce et d’une saveur veloutée. Fromage onctueux.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 716. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

pain
«(…) 1. Aliment fait d’une pâte composée essentiellement de farine, d’eau, de sel et de levure (ou de levain), pétrie et fermentée puis cuite au four. Du pain, le pain. ◊ Pain de campagne: pain à croûte épaisse, fait à partir de levain et de farine de blé obtenue par mouture à la meule, dont la pâte était pétrie à la main; auj., plus souvent, pain de farine bise, à croûte farinée, imitant le pain de campagne à l’ancienne. – Pain complet, où entrent de la farine brute et du petit son. – Pain fantaisie ou de fantaisie, vendu à la pièce, par oppos. au gros pain, vendu au poids. – Pain de mie, cuit au moule, pour qu’il ne se forme que très peu de croûte, et contenant éventuellement certains additifs (matières grasses, sucre, etc.). – Pain moulé, cuit en plaçant les pâtons dans un moule ou sur une plaque creusés d’emplacements pour les recevoir. – Pain noir, à la farine de blé de sarrasin et de seigle. – Pain viennois: pain dont la pâte peut contenir du sucre, du lait, des matières grasses, des œufs. – Pain perdu: entremets fait de pain ou de brioche rassis trempés dans du lait et des œufs, sucrés et frits. 2. Masse façonnée de cet aliment. Un pain. ◊ Pain rond, en forme de demi-boule. – Pain long, en forme de long cylindre aplati. (Le pain fantaisie [700g], le pain parisien [400 ou 500g], le bâtard et la baguette [300g], le petit pain [50g] sont des pains longs.) – (…) Pain français: tout pain de forme allongée. 3. Symbole de la nourriture. Gagner durement son pain. ◊ Enlever, ôter à qqn le pain de la bouche, lui retirer une partie ou la totalité de ses moyens de subsistance. – Avoir du pain sur la planche: avoir beaucoup de travail à faire. – Manger son pain blanc (le premier): jouir des circonstances favorables qui ne dureront pas. – Je ne mange pas de ce pain-là: je n’use pas de ces procédés douteux, malhonnêtes, etc. 4. (…) Désigne certaines pâtisseries. ◊ Pain au chocolat: petite pâtisserie fourrée avec une barre de chocolat. – Pain d’épice ou d’épices: gâteau de farine de seigle au sucre, au miel et aux aromates (anis, girofle, cannelle, etc.). – Pain de Gênes, fait d’une pâte à biscuit à laquelle sont incorporées des amandes pilées. 5. CUIS. Préparation moulée en forme de pain. Pain de poisson, de légumes. 6. Masse d’une matière moulée. Pain de cire, de savon. ◊ Pain de sucre. a. Masse de sucre blanc en forme de cône. b. GEOMORPH. Piton au sommet arrondi, caractéristique des régions de climat tropical humide. 7. BOT. Arbre à pain: artocarpus. – Pain de singe: fruit comestible du baobab. 8. Fam. Coup (de poing, notamm.).»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 734. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

papille
Voir la définition dans: le corps vivant > anatomie.

parfum
«(…) 1. Odeur agréable, senteur. Le parfum des roses. 2. Substance aromatique d’origine naturelle ou synthétique utilisée pour donner à la peau, au corps, aux vêtements, une odeur agréable; mélange de telles substances. Un flacon de parfum. Un parfum à l’essence de jasmin. 3. Arôme donné à certains aliments (notamment aux glaces, aux sorbets). 4. Arg. Au parfum: au courant, informé de qqch. Etre, mettre au parfum.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 748. ISBN: 2-03-301-298-0.
«(…) 1.a. Odeur agréable. Parfum capiteux, enivrant, suave, tenace. Un parfum subtil, discret. Le parfum du tabac, des fleurs. Le doux parfum des roses. b. Substance aromatique, solide ou liquide, naturelle ou artificielle, qu’on utilise pour donner une bonne odeur à la peau, au corps, aux vêtements. Flacon de parfum. Se mettre au parfum. 2. Goût d’un produit aromatisé. (…) 
→ ambre gris, benjoin, civette, cyclamen, jasmin, lavande, mirbane, muguet, musc, myrrhe, nard, opopanax, patchouli, santal, verveine, vétiver, violette. (…)»
Duide informatique. Antidote dictionnaire. Montréal, Québec. http://www.druide.com
(→ bibliographie)

piquant, e
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

poisseux, se
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

poisson
«(…) 1. Vertébré aquatique génér. ovipare, à respiration branchiale, muni de nageoires paires (pectorales et pelviennes) et impaires (dorsales, caudale et anales), à la peau le plus souvent recouverte d’écailles. ◊ Poisson porc-épic: diodon. – Poisson rouge: carassin doré. – Poisson volant: exocet. – Poissons plats: pleuronectiformes. – Etre comme un poisson dans l’eau: être parfaitement à l’aise dans la situation où l’on se trouve. 2. ENTOMOL. (Petit) poisson d’argent: lépisme.
(…) Les poissons: constellation et signe du zodiaque (…). – Par ext. Poissons: personne née sous ce signe.
ENCYCL. La classe des poissons (20000 espèces), très hétérogène, regroupe les chondrichtyens (poissons à squelette cartilagineux, tels que les raies et les requins) et les ostéichtyens (poissons osseux); ces derniers comportent un groupe dominant, les téléostéens (carpe, anguille, saumon, perche, etc.) et divers petits groupes de poissons primitifs ou spécialisés: chondrostéens (esturgeon), holostéens (lépisostée), crossoptérygiens (coelacanthe) et dipneutes.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 798. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

poivré, e
«(…) 1. Assaisonné de poivre*. 2. Fam. Licencieux ou grossier. Plaisanterie poivrée.»
* poivre «(…) 1. Épice à saveur forte et piquante, formée par les baies (appelées grains) du poivrier, habituellement moulues ou concassées.◊ Poivre noir, dont les baies sont séchées. – Poivre blanc, dont les baies sont débarrassées de leur peau, puis séchées. – Poivre vert, dont les baies cueillies vertes sont conservées par surgélation ou dans du vinaigre. – Cheveux, barbe poivre et sel, grisonnants. 2. Poivre de Cayenne: condiment tiré d’une espèce de piment. – Poivre sauvage ou petit poivre: gattilier.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 799. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

rafraîchissant, e
«(…) 2. Qui calme la soif. Boisson rafraîchissante.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 852. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

rafraîchissement
«(…) 3. Boisson fraîche, génér. non alcoolisée, que l’on offre en dehors des repas.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 852. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

râpeux, se
«(…) 2. Qui a une saveur âpre. Vin râpeux.».
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 855. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

rêche
«(…) 2. Qui est âpre au goût. Vin rêche. (…)».
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 863. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

régal
«(…) 1. Mets particulièrement apprécié. Le chocolat est son régal. 2. Vif plaisir pris à qqch. Cette musique est un régal pour les oreilles.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 870. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

repas
«(…) Nourriture que l’on prend chaque jour à certaines heures.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 879. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

salé, e
«(…) 1. Qui contient du sel*; qui en a le goût. Beurre salé. 2. Conservé dans du sel, de la saumure. Viande, poisson salés. 3. Fam. Très libre; cru, osé, grivois. Un conte salé. 4.Fam. Qui dépasse la mesure; exagéré, excessif. L’addition est salée!
(…) Manger salé: manger des aliments salés ou fortement salés.
(…) Nourriture salée. Préférer le salé au sucré. 2. Chair de porc salée. ◊ Petit salé: morceau de porc salé provenant généralement de la poitrine, que l’on cuit dans un bouillon aromatisé.
(…) Petite galette.»
* sel «(…) 1. Substance cristallisée, friable, soluble dans l’eau, composée pour l’essentiel de chlorure de sodium, et employée pour l’assaisonnement ou la conservation des aliments. Sel fin ou sel de table. ◊ Sel marin, extrait de l’eau de mer. – Sel gemmegemme. – Gros sel: sel marin en gros cristaux. 2. Fig. Ce qu’il y a de piquant, de savoureux dans un propos, un écrit, une situation; ce qui augmente vivement leur intérêt. Plaisanterie pleine de sel. ◊ Litt. Le sel de la terre: l’élément actif, généreux, les meilleurs d’un groupe. 3. CHIM. Corps de structure ionique résultant de l’action d’un acide sur une base ou d’un acide ou d’une base sur un métal. ◊ Sel d’Angleterre, de Sedlitz ou d’Epson, ou sel de magnésie: sulfate de magnésium. – Sel de Vichy: bicarbonate de sodium.
(…) 1. Anc. Mélanges acides ou alcalins qui servaient à ranimer par inhalation les personnes défaillantes. 2. Sels de bains: mélange parfumé de sels minéraux ajoutés à l’eau du bain, pour la parfumer et l’adoucir.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 912 et 929. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

sapide
«(…) Qui a de la saveur. CONTR. insipide
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 916. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

saveur
«(…) 1. Sensation produite par certains corps sur l’organe du goût. Saveur piquante. 2. Fig. Ce qui stimule le goût en littérature, en art; charme, piquant. Poésie pleine de saveur. 3. PYHS. Propriété caractérisant la réponse d’une particule aux itérations faibles. (Il existe six saveurs fondamentales, portés chacunes par l’un des quarks*: u [up], d [down], t [top], c [charme], s [étrangeté], b [beauté].)»
* quark «(…) PHYS. Constituant élémentaire des hadrons, caractérisé notamment par sa couleur et sa saveur.
ENCYCL. La matière est constituée de six types de quarks, nommés d’après leur saveur. (…)»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 921 et 842. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

savoureux, se
«(…) 1. Qui a une saveur agréable, délicieuse. Mets très savoureux. 2. Fig. Que l’on goûte avec grand plaisir, qui a du piquant. Plaisanterie savoureuse.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 921. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

sec, sèche
Voir la définition dans: le corps vivant > microclimat.

soif
«(…) 1. Besoin de boire et sensation que produit ce besoin. Étancher sa soif. ◊ Fam. Jusqu’à plus soif: sans fin; à satiété; d’une façon excessive. 2. Fig. Désir ardent, impatient, passionné de qqch. La soif de l’or. La soif de connaître.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 947. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

solide
Voir la définition dans: le corps vivant > toucher.

succulent, e
«(…) 1. Qui a une saveur délicieuse; savoureux. Viande succulente. 2. BOT. Se dit d’une plante possédant des organes charnus et riches en eau.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 972. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

sucré, e
«(…) Qui contient du sucre*, qui a le goût du sucre. Poire sucrée.
(…) Se dit d’une personne qui affecte des manières doucereuses. Elle fait sa sucrée. Un ton sucré.
(…) Manger, boire sucré: manger des aliments, boire de liquides additionnés de sucre.
(…) Nourriture sucrée. Préférer le sucré au salé.»
* sucre «(…) 1. Substance alimentaire de saveur douce, extraite, sous forme de fins cristaux, de la canne à sucre et de la betterave à sucre. (Nom scientifique: saccharose.) Sucre en poudre ou sucre semoule, sucre en morceaux. ◊ Sucre glace: sucre en poudre extrêmement fin obtenu par un broyage très poussé, employé surtout en pâtisserie. – (…) Sucre impalpable: sucre glace. – Sirop de sucre: dissolution concentrée de sucre. 2. Morceau de cette substance. 3. Cour. Glucide. 4. Fam. Casser du sucre sur le dos de qqn, dire du mal de lui. – Fam. Pur sucre: authentique, orthodoxe, ferme dans ses opinions. Un libéral pur sucre.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 972. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

tendre
«(…) 1. Qui peut être facilement coupé, divisé, entamé ou mâché. Pierre tendre. De la viande tendre. ◊ Couleur tendre, claire et délicate. 2. Qui manifeste de l’amour, de l’amitié; affectueux. Des parents tendres. De tendres paroles. ◊ Ne pas être tendre pour qqn, être sévère envers lui. 3. Age tendre, tendre enfance: première jeunesse, petite enfance.
(…) Personne affectueuse, facile à émouvoir.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 999. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

tiède
Voir la définition dans: le corps vivant > microclimat.

velouté, e
«(…) 1. Qui est de la nature du velours. 2. Qui a l’aspect du velours. Papier velouté. 3. Doux au toucher, au goût. Peau veloutée. Vin velouté.
(…) 1. Qualité de ce qui est agréable au toucher, au goût. Le velouté d’un fruit, d’une crème. 2. Potage onctueux, lié à la crème et aux jaunes d’œufs. Velouté d’asperges.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 1058. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

viande
«(…) 1. Aliment tiré des muscles des animaux, princip. des mammifères et des oiseaux. ◊ Viande rouge: viande de bœuf, de mouton, de cheval. – Viande blanche: viande de veau, de porc, de lapin, de volaille. – Viande noire: viande du gibier. 2. Fam. Chair, corps humain.»
Le petit Larousse grand format 1998. Paris: Larousse – Bordas, 1997. p. 1064. ISBN: 2-03-301-298-0.
(→ bibliographie)

 

Photo: John Cage aux champignons. Photographie de J. Klosty. In: L’Avant-Scène Ballet / Danse. Merce Cunningham, John Cage.
(→ bibliographie)


[ retour chapitre ]